Xinjiang & China

Xinjiang & China

Xinjiang route de la soie

Imaginer le Xinjiang, c'est imaginer un océan désertique cerné de certaines des plus hautes montagnes du monde. Traversé par la Route de la Soie, à la croisée des chemins entre l'Inde, l'Asie Centrale et la Chine, le Xinjiang est un monde à part, bien différent des autres provinces chinoises. Que ce soit les oasis ouïgoures du désert de Taklamakan ou les pâturages du nord pour les bergers nomades, vous trouverez toutes les informations qu'il vous faut dans notre guide de voyage du Xinjiang.

Aperçu général du Xinjiang

Xinjiang, qui se traduirait par Nouvelle Frontière, a fait l'objet de multiples conquêtes depuis plusieurs milliers d'années. Les différents royaumes et dynasties chinoises ont essayé de garder l'emprise sur cette région essentielle de l'Asie Centrale (Route de la Soie). Aujourd'hui, les puits pétrolifères s'insèrent au milieu des paysages désertiques. Se trouvant aux portes de l'Asie Centrale, les peuples qui se sont installés au Xinjiang viennent de tous les horizons : Ouïgours, Kazakhs, Kirghizes et bien d'autres se mêlent aux Han tout en gardant une langue et une culture propre à leur ethnie.

Le Xinjiang, qui se trouve à l'extrémité nord-ouest de la Chine, est l'une des plus grandes provinces de Chine, mais reste considérée comme une région autonome, pays des Ouïgours. C'est d'ailleurs en octroyant ce statut de région autonome que le gouvernement chinois a obtenu le soutient du Xinjiang pour s'insérer au territoire chinois. En effet, s'il n'avait pas offert ce statut d'autonomie au Xinjiang, on ne sait combien de temps encore des combats auraient continués pour cette région, en pleine Asie Centrale. 

Les peuples du Xinjiang

Avant l'obtention du statut de région autonome ouïgoure, le Xinjiang était composé à 90 d'Ouïgours. Mais, avec la politique de Mao de rééduquer les lettrés en les envoyant à la campagne puis avec les opportunités économiques de développement et les nombreux attraits du Xinjiang, les Han représentent aujourd'hui 50 de la population ! Cela n'empêche pas pour autant les Ouïgours d'avoir presque triplés en 60 ans et les différents peuples de continuer à vivre dans le respect de leurs traditions.

Le Xinjiang pourrait se diviser en deux : au nord, les pâturages des montagnes, et au sud, les oasis du désert, le tout séparé par la chaîne des monts Tianshan. Les bergers Kazakhs et Mongols sont donc installés dans les pâturages alors que les Ouïgours sont depuis longtemps les maitres des oasis.

D'une forte volonté identitaire, certains peuples rechignent parfois à apprendre le mandarin, langue officielle en Chine, il vaut donc mieux préparer un petit dictionnaire pour prononcer quelques mots en ouïgour. Cela leur fera d'ailleurs plaisir et vous obtiendrez un sourire amical.

Bien qu'Urumqi soit la capitale du Xinjiang, ce n'est pas l'endroit où l'on retrouva les ethnies minoritaires de la région. Pour rentrer en contact avec ces populations, mieux vaut aller vers Kashgar, plus représentative de leur culture.

Les traces de la religion au Xinjiang

 

Même si aujourd'hui la religion dominante est l'islam, les différentes conquêtes chinoises et le passage de la Route de la Soie au Xinjiang ont amené le bouddhisme dans la région au IIIème siècle ! Ne vous étonnez donc pas de découvrir certains trésors de cette religion perdus dans les plaines désertiques du Xinjiang.

L'islam, quant à lui, est bien encré dans la province. Les mosquées mais aussi les marchés, les habits, les traditions,…tout témoigne de l'influence musulmane.

La Route de la Soie et le Xinjiang

C'est au IIème siècle avant J.-C. que la Route de la Soie fut officiellement ouverte. Le général Zhang Qian, passant 10 ans de captivité au sein des tribus de l'ouest du désert de Taklamakan, découvrit les deux routes contournant la chaîne des monts Tianshan, de même que les célèbres chevaux du Ferghana.

Les caravanes commencent donc à utiliser ces deux routes pour commercer la soie bien entendu mais aussi de nombreuses denrées et richesses. La route du nord passe par Turpan, Urumqi, Karachahr, Kuqa, Aksou et Kashgar alors que celle au sud des monts Tianshan emprunte le passage entre Dunhuang, Miran, Cherchen, Niya, Khotan, Yarkand et Kashgar.

La Route de la Soie, commençant à Xi'an et continuant son chemin au Kazakhstan et au Kirgizhstan, est aujourd'hui inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO. Ce sont donc plus d'une trentaine de sites de Chine qui sont protégés, dont une grande partie au Xinjiang.

Les incontournables du Xinjiang

A ne pas manquer au Xinjiang

Un voyage au Xinjiang sous entend bien entendu la Route de la Soie. Que l'on passe par la route sud comme nord, les paysages merveilleux et les sites culturels et historiques ne manquent pas. La ville d'Urumqi en elle-même n'a pas grand intérêt mais non loin de là, le Lac Tianchi vaut bien le déplacement.

La région de Turpan vaut vraiment le voyage avec ses montagnes flamboyantes, ses karez et sa vallée du raisin. C'est une mélange de fraicheur et de chaleur en plein désert ! Les ruines de Jiaohe sont magnifiques et renferment les merveilles d'anciennes civilisations.

Lors d'un voyage sur la route de la soie, la dernière étape en Chine est bien souvent Kashgar, aux confins du Xinjiang. La ville en elle-même est très caractéristique de la culture locale, notament la vieille-ville et le marché local.

Dans la région plus fraiche de l'Altaï, c'est surtout le lac Kanas et ses monts qui attirent tous les visiteurs.

Meilleure saison pour voyager au Xinjiang

Le Xinjiang étant une région principalement désertique, elle n'est pas forcément accueillante. Les étés y sont chauds et les hivers très froids, la région étant balayée par de grands vents froids. En été, il vaut peut-être mieux préférer le nord du Xinjiang avec les montagnes et lacs qui apportent un peu de fraicheur. Mais il n'est pas impossible de visiter le reste du Xinjiang a cette période. Il faut simplement prévoir une bonne protection solaire et faire des arrêts dans les villes pour se rafraichir un peu.

 

Saison idéale

Juin. Juillet. Août. Sept. Oct. 

Renseignements pratiques

Comment se rendre à Xinjiang?

Un visa chinois permet de se rendre au Xinjiang.

La manière la plus simple est d'atterrir à Urumqi, la capitale régionale, desservie depuis Pékin, mais également depuis le Kazakhstan et le Kirghizstan. Le passage en train depuis le Kazakhstan est tout aussi aisé, via la ligne directe Almaty-Urumqi. Compter une trentaine d'heures de trajet, dont une grande partie passée à la frontière pour les formalités douanières et le changement des roues de wagons.

La « voie royale », celle qui permet d'arriver directement à Kachgar en suivant la route de la soie est plus complexe à emprunter. Il existe deux passes entre le Kirghizstan et la Chine : Torugart et Irkhestam. Seule la première est autorisée aux touristes, mais il faut pour cela payer le prix fort. Arrivé à la frontière, dans un sens ou dans l'autre, le visa doit être obtenu à l'avance, et le transport à l'intérieur du pays assuré. Autant dire que les 4x4 sont nombreux à attendre les touristes de part et d'autre de la frontière.

Le calcul pour emprunter les transports locaux doit être savant : le Xinjiang est à l'heure de Beijing, c'est-à-dire trois heures plus tard que le Kirghizstan. Il faut donc jongler avec les horaires d'ouverture des deux frontières et se préparer à une longue attente pour trouver un bus, en particulier dans le sens Chine-Kirghizstan. De nombreux opérateurs tant en Chine qu'au Kirghizstan organisent ce trip spécialement pour les touristes occidentaux. La passe de Torugart est officiellement réservée aux locaux et au transport de marchandises. Ces deux passes sont régulièrement entretenues, mais les routes sont tout de même en très mauvais état et en grande partie situées à des altitudes dépassant les 3 000 m. Il est primordial de s'informer sur l'ouverture des routes entre avril et novembre, lorsque la neige tombe sur les sommets.

Visas, formalités

Vous pouvez faire prolonger un visa chinois à Urumqi, mais la capitale du Xinjiang ne compte aucun consulat ou ambassade. Toute demande de visa de dernière minute suppose un retour à Pékin. Côtés banque, vous trouverez de nombreuses agences de la Bank of China à Urumqi pour changer des travellers et retirer des dollars ou RMB. Prévoyez suffisamment de cash pour le reste du périple. Sur le flanc sud du désert : Hotan est la dernière oasis où vous pourrez trouver une banque ! Si vous faites un périple sur la route de la soie : tâchez d'obtenir votre visa à Tachkent, en Ouzbékistan, plutôt qu'à Bichkek au Kirghizstan Le personnel de l'ambassade y est bien plus sympathique et les délais beaucoup plus raisonnables.

Formalités et vaccins

Le vaccin DTP et celui des hépatites sont recommandés. Faites-vous impérativement vacciner contre la rage si vous prévoyez une randonnée hors des sentiers battus. Le vaccin vous donnera le temps nécessaire pour rejoindre un centre antirabique correctement équipé. Aucun traitement anti-paludéen ne semble nécessaire.

Climat

Le climat est extrêmement continental. Le désert du Takla-Makan est une fournaise en été, et l'on gèle littéralement sur place à Urumqi en hiver, où les températures descendent à moins de 25 °C sous zéro. Turpan, qui détient le record de ville la plus basse en Chine conserve un peu plus de chaleur lors des longs mois d'hiver. Même en été, n'oubliez pas que vous êtes en pays musulman : prévoyez des habits à manches longues et, pour les femmes, un foulard. Les meilleures saisons pour se rendre au Xinjiang sont le printemps ou l'automne.

Population et langues

Le Xinjiang, ou Turkestan chinois, est la plus vaste région de Chine (1 600 000 km2), mais elle est peuplée d'à peine 20 millions d'habitants, dont la moitié sont des Ouïghours. Pékin poursuit depuis des années une politique d'émigration massive de Chinois Han pour réduire la proportion de Ouïghours et les éventuelles visées séparatistes. Les tensions restent vives entre les deux populations et les villes ont souvent des quartiers très différents. La langue ouïghour est proche du turc et des autres dialectes d'Asie centrale comme l'ouzbek, le kazakh ou le kirghize. Beaucoup de Ouïghours parlent un peu de chinois, mais l'inverse est plus rare. Les Ouïghours sont musulmans sunnites, de plus en plus pratiquants au fur et à mesure que l'on descend vers le Sud.

Se loger

Nombreux hôtels à Urumqi pour tous les budgets. Kachgar et Turpan sont également bien équipés en infrastructures hôtelières. L'hébergement devient un peu plus complexe du côté de Yarkand et Hotan, où les hôtels n'acceptent pas toujours les étrangers. De petites guesthouses, généralement réservées aux locaux et situées juste à proximité des gares, peuvent cependant vous ouvrir leurs portes. Le tarif est aussi bas que le confort est spartiate. Dans les plus petits villages, vous pouvez sans trop de problème compter sur l'hospitalité des Ouïghours, toujours friands de rencontres. Prévoyez de voyager avec des photos de chez vous, et des petits souvenirs à laisser en cadeau à vos hôtes. Le camping est possible à condition de demander l'autorisation au préalable si vous vous trouvez dans une zone habitée. La restauration est variée à Urumqi : depuis les gargotes jusqu'aux menus plus occidentaux. Dans le reste de la région, on mange le plus souvent au bord de la route, dans des petites cantines. Les Han présents dans le Xinjiang viennent de nombreuses parties de la Chine et ont apporté avec eux leurs spécialités, ce qui augmente le choix possible. Mais les raviolis restent toutefois la dominante. Les spécialités ouïghours sont souvent à base de nouilles, cuisinées avec du fenouil, de laviande de mouton sautée et des épices.

Sécurité dans cette partie de la Chine

En Chine, suite à de nombreux incidents entre ouighours et chinois, le Xinjiang est considéré comme une région peu sure.  Malgré la mauvaise réputation du Xinjiang, on ne se sent pas en insécurité et on trouve les locaux plutôt accueillants.  Une  surveillance très présente (checkpoint et contrôles) envers les locaux.  Les ouighours voient d’un très bon œil le tourisme étranger qui leur apporte des revenus si nécessaires vu l’absence de tourisme intérieur.

La voiture

Cette partie de Chine n’est pas extrêmement touristique, peu peuplée et les distances sont grandes.  Il  faut souvent louer les services d’un chauffeur ou rejoindre un groupe de voyageurs.

Les routes sont plutôt en bon état, les grandes villes sont reliées par des autoroutes confortables.

Le train

On peut opter pour le train à grande vitesse, la ligne Lanzhou-Urumqi a ouvert en Décembre 2014. Attention le TGV chinois ne va pas aussi vite que le TGV français… il faut compter 4 bonnes heures pour parcourir 700Km…mais le train est confortable et ressemble d’ailleurs beaucoup aux trains à grande vitesse japonais, ce sont eux qui ont apporté la technologie en Chine. Si vous voulez vous faire plaisir la première classe n’est pas beaucoup plus chère que la classe économique.

L’avion

Vu les distances et l’absence de train à grande vitesse, on peut prendre  un vol intérieur pour relier Urumqi à Kashgar (une heure en avion. Il existe des aéroports à Lanzhou, Jiayuguan, Dunhuang, Urumqi et Kashgar mais il n’existe que très peu de vols entre ces aéroports (les vols les relient aux grandes villes chinoises en général)… mieux vaut donc opter en général pour le train ou la voiture.

Les circuits touristiques dans le Xinjiang impliquent généralement de longs trajets par la route, étant donné les dimensions de la province.    Les hôtels et les restaurants des secteurs les plus reculés offrent habituellement un service rudimentaire.

On trouve une grande variété de fruits dans le Xinjiang, mais n’en consommez pas trop afin d’éviter le risque de diarrhées.

Il convient de respecter les coutumes de la minorité ouïghoure habitant la province. N’entrez chez quelqu’un ou dans une mosquée que si vous y êtes invité ; prenez soin de vous habillez décemment, évitez les vêtements courts.

 Vous ne trouverez pas de toilettes publiques dans la campagne.

Ce qu’il ne faut pas oublier d’emporter

1. Des vêtements chauds, même l’été, les écarts de températures entre le jour et la nuit pouvant être importants à certains endroits par lesquels vous passerez. Il peut ainsi faire très frais l’été à Jiayuguan, site perché entre de hautes chaînes de montagnes, quand il neige sur les sommets.

2. Une paire de chaussures adaptées à la marche.

3. De quoi protéger vos yeux et votre peau du soleil : lunettes de soleil, crème solaire et crème pour les lèvres. L’air étant très sec dans les zones désertiques, vous pouvez aussi emporter un brumisateur d’eau.

Spécialités Ouïghoures

Le thé à la rose est une spécialité locale à ne pas manquer. Un des endroits où déguster la boissonchaude préférée des Ouïghours est le « One Hundred Tea House », bien que maintenant, les touristes y soient en plus grand nombre que les locaux.

Autre boisson locale savoureuse est le jus de pomme grenade – à déguster absolument!

L’agneau est un des mets les plus servis à la table Ouïghoure – des brochettes d’agneau cuites sur le grill (Kebab), aux beignets farcis à l’agneau (Samsa), et plus encore.

Goûtez les pains chauds (nan) cuits à four ouvert (tonur), à savourer avec vos brochettes de Kebab, ou bien avec du yaourt frais, ou encore du miel local.

Excursions à la journée au depart de Kashgar

Lac Karakul

Le lac se situe a environ quatre heures de Kashgar, passant à travers des paysages superbes. Ici et là, la route longe des villages tadjiks et kirghiz isolés par des barrières de fil barbelés qui les séparent des voyageurs de passage.

Le Lac Karakul, qui veut dire «lac noir» en Ouïghoure, se situe a 3,600 mètres d’altitude. La vue superbe sur le célèbre Muztagh Ata,“père de la montagne de glace “ en Ouïghour, est superbe, vu que le sommet domine à 7,509 mètres.

Arche de Shipton

Aussi connu sous le nom de Heavenly Gate en Chinois, l’Arche de Shipton se situe au nord-ouest de Kashgar. Après un court trajet en voiture, l’arche est accessible en quelques heures de marche. Fameuse pour sa haute d’environ 370 mètres, la vue sur la vallée s’étend à plus de 30 kilomètres.

Tachkorgan

La dernière ville du Xinjiang, Tachkorgan est aussi la frontière avant la traversée vers le Pakistan. Un autre site important de la route de la soie, seuls restent des ruines dont les plus importantes sont à Stone Fort, la cité de pierre datant de plus de 2,000 ans. Une vue incroyable sur la chaîne de montagnes du Karakoram et des plaines grasses propices aux élevages des nomads Tadjiks d’antan.

Le col de Khunjerab

Le col frontalier entre la région du Xinjiang en Chine et la région du Gilgit-Baltistan au Pakistan est fameux pour être le passage de frontière le plus élevé au monde, et le point le plus haut de la route du Karakorum. En effet, le col du Khunjerab se situe à 4,693 mètres, au milieu de superbes montagnes. Le col est à 420 km de Kashgar, ce qui en fait une longue excursion à la journée, mais le paysage en vaut la peine.

Comment arriver à Kashgar

De Chine

Par Avion: des vols internes Chinois atterrissent à l’aéroport de Kachgar, le plus souvent par une connection d’Urumqi, mais aussi de Pékin, Shanghai, et Canton.

Par train: des trains de nuit connectent Kashgar à Urumqi, et de la, le reste de la Chine par train express

Du Tajistan: par le col de Kulma

Du Kyzgyzstan: par les cols d’Irkeshtam vers Osh, et Torugart vers BIshkek.

Où se loger à Kashgar

L’offre de logements aux gouts européens n’est pas très importante. Différents styles de logement sont disponibles dans Kashgar, de l’auberge de voyage bon marché au grand hôtel luxueux. Certains se trouvent dans la vieille ville, d’autres dans la ville nouvelle tout en restant à une courte distance de l’ancien centre historique.

Pour des logements peu chers, nous recommendons des Hostels, qui se trouve à 10 minutes de la vielle ville. Avec dortoires et chambres privés, un jardin sympa, et des prix pour petit budget pour un lit en dortoire. Tous les hotels n’acceptent pas forcement les étrangers, vérifiez avant de réserver votre chambre.

Conseils de Voyage

Le Xinjiang, comme le reste de la Chine, est à l’heure de Pékin. Ce qui met Kashgar à peu près deux heures plus tard que les heures de jour actuelles. 8 heures du matin à l’heure de Pékin est en fait 6 heures du matin à l’heure actuelle de Kashgar, ce qui est assez déroutant avec des matins dans le nuit noire, et des repas du soir qui donnent des impressions de goûters.

Vous pouvez retirer de l’argent aux distributeurs auprès de certaines banques, par exemple auprès de la banque ICBC.

Goûtez aux spécialités Ouïghoures, surtout les brochettes Kebab juteuses

Gardez votre passeport sur vous constamment. Des contrôles par la police locale est possible, surtout aux différents points de contrôle mis en place envers les Ouïghoures au bord de la vieille ville. Les étrangers sont rarement questionnés mais cela reste possible.

Ne buvez pas l’eau du robinet et pensez à nettoyer tous fruits et légumes avec de l’eau potable minérale.

Kashgar a bien changé en deux ans, avec plus de touristes Han et étrangers, moins de magazins Ouïghours ouverts, moins d’éléments traditionels Ouïghoures visibles au quotidien. Les rues semblent parfois vides, la vie moins active. Si vous pensez à visiter cette partie de Chine, ne tardez pas.

Particularités culturelles

Évitez d’aborder des questions politiques, religieuses ou d’autres sujets sensibles au cours de votre séjour au Xinjiang. 60% de la population de la province appartient à la minorité ouïghoure. La majorité des Ouïghours sont musulmans. Respectez leurs coutumes (pas de porc) et suivez les conseils de votre guide si vous êtes invité dans une famille ou à entrer dans une mosque.

Voir notre circuit combiné avec le Xinjiang Chine            

CIRCUIT COMBINÉ OUZBÉKISTAN - KIRGHIZSTAN - CHINE Kashgar - Fascinante Route de la Soie — 22 jours

See also:

L`Ouzbékistan en train 14 jours / 12 nuits
VOYAGE Kazakhstan - Ouzbekistan 15 jours / 13 nuits