Langue

La langue ouzbèque

On peut comprendre aisément le sens du mot ouzbek: Ouzbek veut dire "moi-même" et Bek "maitre"(comme dans le français, emprunté au turk "bey". Donc Ouzbek " je suis mon propre maitre" je ne dépends de personne". On peut dire que la nation ouzbèke s'est formée vers les XI-XII ss. avec les premières organisations étatiques entre les deux fleuves, Amou et Syr-daria, qui constituent aujourdui nos frontières. A cette population se sont ajoutées des tribus turco-mongoles aux XIII-XV ss. L’ouzbek est une langue turque (ou turcique), cousine du turc de Turquie, mais aussi du turkmène, du kazakh, du kirghiz, de l'azéri et surtout du ouïghour dont il est très proche. C'est la plus parlée des langues d'Asie centrale. Elle appartient à la famille ouralo-altaïque.

L'ouzbek est la langue officielle de la république d'Ouzbékistan (dont les deux tiers des habitants sont des Ouzbeks). Il s’agit de l’ouzbek du Nord, lequel se subdivise en quelques variétés dialectales (karluk, kipchak et oghuz). Au sud, cette langue est aussi parlée par plus d’un million d’Afghans. L'ouzbek est aussi parlé par des minorités importantes dans les autres pays frontaliers, Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan, Turkménistan. Au total, l’ouzbek aurait quelque 20 millions de locuteurs. Les premiers écrits en ouzbek remontent au XVe siècle. L'Ouzbek moderne puise ses origines dans la langue turque djaghataï. L'ouzbek officiel actuel se base sur le dialecte de Ferghana et dans une moindre mesure, sur celui de Tachkent. Jusqu’en 1927, il s’est écrit avec l'alphabet arabo-persan, puis l'alphabet latin de 1927 à 1940. À partir de 1940, l'ouzbek s'écrit en caractères cyrilliques, complété de quelques lettres. Son vocabulaire comprends de nombreux termes venus du russe ou de l'arabo-persan.

La grammaire de l'ouzbek est semblable à celle des autres langues turques, avec essentiellement, des différences phonétiques comme, par exemple, la disparition de l'assonance vocalique. Depuis 1989 la langue ouzbèke est la langue officielle, elle est actuellement parlée par les deux tiers de la population, mais le russe est couramment utilise dans les villes, c’est encore la langue technique, scientifique et celle de certains medias, largement utilisé comme langue institutionnelle dans les relations extèrieures et régionales. Les autres langues minoritaires (tadjik, karakappak, kasakh, turkmène) sont en usage, les langues occidentales sont peu répandues et l’anglais demeure ponctuel. La francophonie y a été entretenue par la politique de présence de l’ex URSS dans le Tiers Monde, qui en fait un lieu priviligié de formation des coopérants et d’accueil des boursiers francophones. Les russes cultivés ont aussi apporté à Tachkent la culture française. On y parlait largement français au début du siècle.

À partir de 1995, l’alphabet latin (dans une version remaniée) est progressivement adopté. La langue ouzbek (ou ouzbèque) est peu à peu épurée des mots russes. De nos jours, l'écriture en ouzbek cyrillique reste encore très largement utilisée, y compris dans les documents, presse et communiqués officiels ouzbeks, l'écriture en latin se limitant le plus souvent aux enseignes de rue, aux titres de journaux et aux autres textes courts.

L’Ouzbékistan, avec 97%, a le taux d’alphabétisation le plus élevé d’Asie Centrale.