Ulak ou Bo‘zkachi

Ulak ou Bo‘zkachi

Spectacle traditionnel de Oulak ou Buzkachi
Le sport, par excellence, d'Asie Centrale. D'origine mongole, cette grande joute équestre rappelle le temps où les différents clans se volaient mutuellement le bétail. Pour saisir toute l'intensité du jeu, relisez les pages immortelles de Joseph Kessel dans « Les Cavaliers ».
 Le Oulak - Buzkachi est une sorte de polo sans règle, qui se joue avec le corps d'un  bouc -chèvre décapité sert comme une sorte de ballon. Les touristes assistent aux compétitions du mois de mars, qui sont celles du nouvel an (le Navrouz) en Asie centrale. Voici comment se présente une partie de «Buzkachi», l'une des plus anciennes traditions ouzbek. Les meilleurs « chavandozlar » (cavaliers) sont choisis par leur village pour leur force et leur courage. Les cavaliers doivent prendre la chèvre des mains du gagnant. Les « chavandozlar » se réunissent sur une ligne de départ. L'arbitre du « Buzkachi » jette le corps de la chèvre dans l'arène sous le nez des chevaux. Un mur solide de « Chavandozlar » se jette en avant et le chaos règne pendant que chacun essaye de s'approcher de la carcasse. Un gagnant réussit à l'attraper et il s'échappe avec un cri de victoire. Tous le poursuivent. On réussit à lui reprendre l'animal. Un autre le fait tomber sous les pieds des chevaux lancés au galop. Ses co-équipiers, auxquels il peut aussi passer la dépouille, le protègent. Ses adversaires doivent lui barrer le chemin et s'emparer à tout prix du mouton. Sauvage et violente, la mêlée est spectaculaire. Les cravaches frappent hommes et montures, emmêlés dans un tourbillon de poussière. La victoire sera pour celui qui réussira à franchir la ligne d'arrivée avec la carcasse. Tous les cavaliers sont contre lui pour lui prendre la chèvre et gagner le prix, malgré la violence des coups. Enfin, l'un d'eux réussira sous les applaudissements.
Autrefois, les éleveurs sélectionnaient des animaux spécialement entraînés pour le jeu et de nombreux tournois attiraient des spectateurs venus de loin. Les vainqueurs de plusieurs épreuves devenaient des héros, vénérés et respectés par toute la communauté.
Les touristes peuvent assister aux compétitions du mois de mars, qui sont celles du nouvel an (le Navrouz) en Asie centrale. Voir également: Circuit MTH 07. Navrouz en Ouzbékistan